Robert Le Roux, le visage d’Entraide cancer

C’est l’un des piliers d’Entraide cancer Quimper, association à l’écoute des patients et de leurs proches. À 71 ans, Robert Le Roux est plus que jamais persuadé de la force du groupe.

Dans quelques jours, dans la petite salle colorée de l’Espace patients à l’hôpital, il prendra sa place au milieu d’un cercle d’hommes réunis par la maladie, le cancer de la prostate. Robert Le Roux les écoutera, se livrera, rigolera. Car s’il arrive que l’émotion serre la gorge, il n’est pas rare que le rire jaillisse au cours de ces deux heures d’échanges. D’ailleurs, à ceux qui de temps à autre lui conseillent de prendre de la distance avec ce fichu crabe, Robert leur répond, les yeux pétillants : « Entraide cancer n’est pas une association de pleureurs ! »

Le boulot, la vie de famille, les amis…

Parole d’un homme de 71 ans qui a vécu trois cancers et a vu naître l’asso, il y a vingt-cinq ans. C’était en 1994. Robert Le Roux souffre de la maladie de Hodgking, un cancer du sang.

L’ingénieur électronicien, qui occupe un bon poste dans le labo de recherche appliquée de Matra, à Quimper (Finistère), est sollicité, parmi une dizaine d’autres patients, par Nicole Guiochet. La responsable du service oncologie de l’hôpital les invite à se réunir une fois par mois. Pour parler des grands et des petits malheurs de la maladie. De ses conséquences sur le boulot, la vie de famille, les amis. De tout ce dont on n’a pas le temps de parler quand on est face au médecin.

Quand il a fallu imaginer le logo de l’asso, Robert a pensé à un détail de l’une des neuf fresques de la chapelle Sixtine peintes par Michel-Ange : « J’ai vu une main forte et une main faible. Quand on est sous traitement, il y a des moments où ça va, d’autres où ça ne va pas. On peut être la main faible puis la main forte et vice-versa. »

« L’associatif ? Encore plus fort dans le domaine de la maladie »

La force du groupe : le Finistérien y a toujours cru. Quand ses trois garçons étaient jeunes, il répondait présent pour donner un coup de main à l’amicale laïque. C’était le temps des goûters partagés entre jeunes parents, des soirées cinémas et des sorties en mer grâce à l’association de plaisanciers dont il était un membre actif : « Je me suis rendu compte que c’était encore plus fort dans le domaine de la maladie », dit celui qui ne s’est jamais départi de son caractère volontaire. Son cancer du sang en rémission, il créait dans la foulée son entreprise, Kristell électronique, à Clohars-Fouesnant.

Nicole Guiochet, la marraine de l’association, avait vu juste : dès le début de l’aventure, la petite pièce mise à disposition par l’hôpital ne désemplit pas. Entraide cancer fait des petits à Pont-l’Abbé, Douarnenez, Concarneau… « Les autres hôpitaux nous ont fait confiance. On a su rester à notre place. On ne s’est jamais mêlé d’aspect médical » , commente l’ancien président.

« Les femmes ont montré l’exemple »

L’association s’est occupée de tout le reste : l’accueil des patients et des proches, la visite « café-gâteaux » dans les services de radiothérapie, les séances de gym douce, les randonnées, l’achat de casques réfrigérants qui limitent la perte des cheveux… « Agir ensemble, ça donne la pêche ! », sourit Robert, heureux d’ouvrir, dans quelques jours, le septième groupe de parole : « Les femmes ont montré l’exemple avec le cancer du sein. Aujourd’hui, la parole des hommes commence à se libérer. » Robert Le Roux a bien l’intention de continuer à y contribuer.

Nous contacter
Suivez nous
ASSOCIATION LOI 1901

Entraide Cancer en Finistère est une association reconnue d’intérêt général.
Faites un don avant le 31 décembre pour bénéficier de 66% de déduction fiscale sur vos impôts.

NEWSLETTER

Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.